Accueil du site > Projet Pédagogique > Premiers retours

Premiers retours

par Josiane Moreau.
Mis à jour le lundi 18 juin 2012

4 votes

Mes 15 jours à Bangui et quelques nouvelles des actions pédagogiques engagées

L’objectif général était de présenter l’expédition « Biodiversité en terre pygmée » aux élèves de RCA, de tous les niveaux, et d’utiliser des résultats des expéditions précédentes comme support d’activités pédagogiques adaptées aux niveaux et aux programmes scolaires.

Au primaire :

Avec Marion Courcelle, et Roland Pruvost, nous avons rencontré deux classes de l’école de sœur « Milou » ; l’une a découvert les carnets d’échange réalisés par les élèves de 5 écoles du Sicoval, l’autre les livrets sur la forêt tropicale. Les carnets d’échange ont été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre l’association insectes du monde et Délires d’encre. Délires d’encre avait présenté de septembre à Décembre l’expédition aux classes, et construit des fiches pédagogiques pour permettre la réalisation de « Sangha à l’école » ainsi qu’un travail en relation avec les programmes scolaires de France.

Nous avons laissé dans ces classes du matériel : papier, classeurs, stylos, crayons, etc. financés par une subvention allouée pour les projets pédagogiques rattachés à Sangha 2012, par la fondation « Nature et découverte ». Les élèves de RCA ont ainsi été invités à réaliser un carnet d’échange, avec pour thème l’environnement, carnet qui devrait revenir en France le 15 mars 2012 pour y être distribué aux élèves des 5 écoles qui ont envoyé leur travail.

Nous avons d’autre part présenté le projet au président de l’ ADEFCA (association des directeurs d’écoles fondamentales Centrafrique), et directeur de l’école de La kouanga. Il vient de réunir 10 directeurs d’écoles qui sont tous prêts à participer au projet, malgré leurs moyens extrêmement réduits. Ces écoles préparent activement la journée de la Francophonie, pour le 20 Mars, avec des concours d’écriture, et de dessin. Ces travaux décrivent aussi l’environnement de ces élèves. J’ai donc suggéré de nous faire parvenir ces productions, peut-être une façon de faire découvrir en France, qu’on célèbre officiellement la francophonie en Afrique.

Introduits par Mr Cédric Armand, conseiller technique de Madame la Ministre, nous avons enfin eu le privilège de rencontrer Madame Gisèle Annie Nam, Ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation. Nous avons là aussi présenté le projet Sangha à l’école, et expliqué nos attentes. Au delà de toutes nos espérances, madame la Ministre s’est engagée, à développer ce projet dans différentes écoles du pays, et surtout à Bayanga, en particulier en impliquant aussi une école pygmée.

Nous attendons donc le retour du travail de toutes ces écoles, pour le 13 Mars 2012.

Dans le secondaire :

Je suis intervenue dans 2 classes : 3h de TP : classification emboitée, en seconde, et 2h pour une conférence « biodiversité » en 1er S. Dans les 2 classes, l’expédition a été présentée et intégrée, dans les différents exercices.

Les nombreux courriels échangés avec mon homologue Christophe Beaumont professeur de SVT, son accueil chaleureux, tout comme celui de Mr Deschaud, proviseur du lycée Français de Bangui (qui nous a aussi conviés à diner avec Philippe Annoyer) ont été l’occasion d’échanges fructueux tant au niveau de l’enseignement des SVT, que de l’expédition elle même. Suite à nos discutions, Mr Beaumont professeur de SVT au lycée français de Bangui a déposé un projet de formation aux méthodes phylogénétiques destiné à un public volontaire et initié, type étudiant de 1er cycle universitaire.

Dans le Supérieur :

Il m’a été demandé si j’accepterais de donner une conférence pour les étudiants de la faculté des sciences. Après quelques échanges avec Olga Yongo, maître de conférences en botanique, nous sommes convenues que je parlerai de biodiversité. J’ai donc choisi de traiter : « De la diversité du vivant, à la biodiversité », c’est à dire d’introduire dans l’exposé l’origine du concept biodiversité et ce que ce concept induisait par rapport aux notions plus classiques de diversité du vivant.

Au bilan, nous avons plus que dépassé nos espérances en terme d’actions pédagogiques, de nombreuses voies de communication sont désormais ouvertes.

L’équipe des « Chasseurs de papillons » a vite été repérée, et « tout » Bangui a entendu parler de l’expédition, au point que le lendemain de mon intervention au lycée nous avons rencontré deux français, le 1er avait entendu parler de l’expédition par son petit fils, la deuxième par sa fille.

Bangui la coquette est une grande et une petite ville…surprenante au départ par ses rues en latérite, par ses taxis jaunes complètement « déglingués » capables de continuer à rouler sans clés, par sa population nombreuse et « bigarrée », elle a fini par me séduire.

J’y ai vu aussi de magnifiques couleurs sur l’Oubangui, et je garderai longtemps l’image de ce coucher de soleil, admiré dans la chaleur d’une fin de journée, depuis une pirogue, alors que des jacinthes d’eau voguaient, tels des radeaux, au fil de l’eau.

Josiane Moreau.

Professeure agrégée de SVT.

Accompagnatrice de l’expédition « Biodiversité en terre pygmée » : du 10 au 26 01 2012 .



SPIP | | Plan du site | Site mis en ligne et administré par PI09 | Suivre la vie du site RSS 2.0