Accueil du site > Projet Pédagogique > A l’école de SANGHA

A l’école de SANGHA

Rencontres avec l’école Ste-Thérèse

par Marion Courselle.
Mis à jour le jeudi 5 avril 2012

1 vote

Des rencontres magiques avec des écolières centrafricaines

Nous avons eu la chance de rencontrer les écolières d’un établissement privé et catholique, mené d’une main de fer dans un gant de velours par Soeur Milou. Directrice de cette structure contre vents et marées, la soeur n’est ici que pour protéger les fillettes et leur donner l’espoir de lendemains meilleurs et la force de résister face à l’adversité et la bêtise. Scolarisées à partir de 6 ans niveau CP et jusqu’au CM2 les écolières apprennent ici un enseignement de qualité et des valeurs morales telles que le respect, la tolérance et la valeur du travail. Ceci peut nous sembler désuet et pourtant c’est bel et bien indispensable dans ce pays qui se cherche suite à de nombreux affrontements politiques.

L’école de Ste-Thérèse est singulière, dans la cour de latérite rouge, des fleurs ont poussées, partout des pots de couleurs et d’odeurs apportent une touche de joie et d’espoir. Et pour joindre l’utile à l’agréable, les noms latins des plantes sont inscrits sur des petits panneaux, comme dans un musée en miniature. A l’heure de la récré c’est comme dans toutes les cours du monde entier, les enfants jouent, crient et courent dans tous les sens. Deux classes nous ont accueilli, l’une de CM1 avec le travail sur la forêt tropicale l’amie de l’homme, l’autre de CM2 pour rédiger les carnets d’échanges et correspondre avec les classes françaises. Environ 60 enfants par classes et l’on entend les mouches voler, principalement des filles nous trouvons toutefois quelques garçons réfugiés du Rwanda, venu ici trouver un havre de paix. Le maître parle les élèves écoutent. Et lorsque c’est un européen qui prend la place du maître les enfants s’amusent beaucoup.

Les livrets sur la forêt tropicale sont remplis avec assiduité et le concours du maître durant toute la durée de l’expédition, à notre retour de nombreuses questions jaillissent de la bouche des jeunes "Qu’est-ce la sève élaborée ?" "Comment fait-on pour ne pas avoir le vertige dans un arbre de 60 mètres de haut ? " "Comment les chauve-souris font-elles pour y voir la nuit ?" "Qu’est-ce qu’un diptère ?". Chaque corps d’étude et de recherche à droit à son petit couplet, on voit que tous les sujets les ont intéressés.

Dans la classe d’à côté les jeunes filles chantent des chansons pour les faire parvenir aux écoliers français, leurs carnets d’échanges sont des merveilles, des promesses...

Au moment de partir tous et toutes nous demandent quand est-ce que nous reviendrons et nous font part de leur envie de poursuivre ces échanges écrits avec des classes de France.



SPIP | | Plan du site | Site mis en ligne et administré par PI09 | Suivre la vie du site RSS 2.0